Accueil > Actualité > 5 jeunes réalisateurs réunionnais au Festival du film
5 jeunes réalisateurs réunionnais au Festival du film

L’Agence Film Réunion, l’Ile de La Réunion Tourisme et la Région Réunion ont proposé à quatre jeunes réalisateurs réunionnais de concervoir un clip sur le thème de "La Réunion, Terre d’images et de tournages", et de les accompagner au Marché du Film, à Cannes. Libres d’exprimer leur propre univers dans leur création, Stéphane Tariffe, Benjamin Gueniot, Aurélia Mengin et Sébastien Rougemont ont chacun à leur façon présenté les atouts de la réunion comme terre d’images et de tournages. leurs clips seront présentés au Pavillon "cinéma du monde", du 16 au 26 mai 2013. les quatre réalisateurs présents au marché du film, ont à leur programme des rencontres professionnelles enrichissantes et des échanges avec les médias. une cinquième réalisatrice ( Dominique Barouch ) fait partie de la délégation avec un film déjà présenté aux états-unis. Présents sur le stand de la réunion terre d’images et de tournages, les réalisateurs ont rencontré Didier Robert et Vincent Payet, élu en charge de l’Audiovisuel à la Région.

Chargement du player...

BENJAMIN GUÉNIOT

Depuis sa rencontre en 2006 avec le milieu de la création audiovisuelle réunionnaise (Kino réunion et autres festivals), Benjamin Guéniot s’est découvert une passion pour l’univers de la fiction. imaginer une histoire, lui donner vie en image, la mettre en scène... le jeune réalisateur appréhende toutes les facettes d’un Art devenu pour lui un nouveau mode d’expression. Benjamin Guéniot perçoit rapidement tout le sens de mettre "l’image au service de l’écriture ». depuis, il crée, écrit, réalise des courts métrages, des émissions télévisées, des pilotes, des portraits, des projets de documentaire, des clips. "Passionné d’images, de photos, de street-art, de mises en scène originales, j’ai d’abord appris les techniques de prises de vue et de lumière, au sein des différentes chaines de télévision locales dans lesquelles j’ai travaillé entre 2006 et 2009, avant de créer ma société de production "Celle qui bouge Production". Je me suis vite rendu compte qu’une histoire bien ficelée est la base de tout, que la mise en scène et les différents moyens techniques (prise de vue, lumière, montage) permettaient de transcender cette histoire pour en faire une oeuvre authentique. Partager un point de vue, une intention, me servir de mes émotions personnelles pour nourrir une histoire et la rendre universelle... Mon univers est multiple comme l’île sur laquelle je vis, mélange de cultures et d’univers. Je me situe surtout dans l’émotion et le détail, j’essaie de développer mon propre style pour un jour aboutir à l’écriture et la réalisation de mon premier long métrage".

STÉPHANE TARIFFE

Stéphane TAriffe est originaire de la réunion. il obtient une maîtrise des arts du spectacle mention "cinématographie et audiovisuelle" à l’université Paul Valéry à Montpellier. il retourne sur son île pour terminer sa formation à l’institut de l’image de l’océan indien où il obtient un master hypermédia en édition numérique. Réalisateur engagé, il se tourne vers le documentaire et évolue dans le milieu associatif militant où il réalise différents films de commande, notamment pour l’organisation internationale Greenpeace. Caméra à l’épaule et sac dos, il réalise une série documentaire au mali et au Sénégal au profit de l’association "couleurs de cultures". en 2009, Stéphane Tariffe participe à la production d’une webtv sur le festival off d’Avignon, premier pas sur le web qu’il considère comme un espace d’expression libre. De retour à la réunion, il réalise en 2011 un documentaire sur le premier festival de danse contemporaine en paysage urbain. il travaille actuellement sur un projet de webdocumentaire collaboratif avec les jeunes des quartiers sensibles de la réunion. le jeune réalisateur a obtenu le soutien de la région réunion pour l’écriture d’un documentaire sur l’agriculture et propose un ambitieux projet de documentaire sur l’accordéon à la réunion, au marché international du film à cannes.

AURÉLIA MENGIN

Depuis plusieurs années, Aurélia mengin réalise des courts métrages avec l’obsession incontrôlable de mettre à nu sans pudeur ni jugement, l’homme dans tous ses comportements, des plus irrationnels aux plus inavouables. cette quête de vérité et de liberté est le point d’ancrage de chacun de ses films. Réalisation après réalisation, la réalisatrice affine son regard et consolide son propos.

c’est ainsi qu’elle vient de terminer un triptyque de 51 minutes composé de trois courts métrages qui ont chacun fait un beau parcours en festivals ;

>mAcAdAm TrAnSferTS a été sélectionné au festival de cannes 2011 dans la sélection Banlieuz’Art.

>KArmA KomA, tourné à la réunion avec les charismatiques Philippe nahon et Jackie Berroyer, enchaîne les festivals depuis le mois d’avril 2012.

>AuToPSY deS déliceS démarre tout juste son parcours avec une première sélection en compétition française au festival international du film fantastique de Paris. cette trilogie lui a permis de développer un univers esthétique, visuel et sonore très personnel. "J’ai ressenti le besoin et le désir d’approfondir cet univers afin de le mettre au service d’un scénario construit et structuré, avec des enjeux dramatiques destinés à tenir le spectateur en haleine".

Aurélia mengin a reçu l’aide à l’écriture de la région réunion pour son deuxième long métrage, un projet qui lui tient particulièrement à coeur et qu’elle aimerait tourner en grande partie à la réunion. Parallèlement à son travail de réalisatrice, Aurélia mengin a créé il y a trois ans le festival de cinéma de Genre de la réunion "même pas peur". dans le cadre de la 4ème édition de ce festival qui se tient en février 2014, Aurélia mengin recherche des courts métrages : "Je profiterai du Marché du Film pour en découvrir".

SÉBASTIEN ROUGEMONT

« Rouleur de journaux » est le troisième court métrage de l’auteur-réalisateur Sébastien rougemont (sélection au festival de montréal). en 2005, il intègre l’iloi et obtient en 2008 sa licence d’info-com. la même année, il remporte un concours qui lui permet de se rendre au festival de cannes. depuis, il réalise des clips, filme, monte, écrit, produit, étalonne et infographise. « Mon but premier est de faire des films. Je prépare actuellement un court et un long métrage. Mes deux scénarii ont été sélectionnés par la Maison de scénaristes afin de rencontrer des producteurs lors du Festival de Cannes 2013. Je termine parallèlement une trilogie de courts métrages concepts. L’idée, c’est de reprendre des monologues connus du cinéma et de la littérature dans un décor et une attitude contemporaine ». Passionné de cinéma depuis l’âge de 8 ans, ses références majeures sont Kubrick, Spielberg, et hitchcock. mon cinéma peut s’étendre de Toy Story, à irréversible, de Ken loach à Scorsese, de dino risi à Tarantino, en passant par nolan, Audiard, ou Blier.

DOMINIQUE BAROUCH

Après avoir été journaliste et réalisatrice pendant 15 ans, notamment sur Arte et france 2, dominique Barouch décide de donner un ton plus personnel à son travail en se consacrant au documentaire. elle réalise en 1998 "la reine des Pays-Bas", diffusé sur Arte. Dominique Barouch s’installe en 2002 à la réunion, et réalise en 2006 son premier long métrage "Une Autre Histoire de France/ A l’École des Gramounes" présenté dans des festivals internationaux. la réalisatrice a remporté plusieurs prix en 2004 et 2005 pour "Requin Business", un 26 minutes sur la disparition des requins dans l’océan indien. "Grâce à la Région Réunion, je vais à Cannes pour défendre mon film "la Baleine et Moi", sélectionné au "Short Film Corner" du Festival de Cannes. Ce 12 minutes sorti en octobre 2012 a déjà été présenté au Richmond French Film Festival (Etats-Unis) en mars 2013, et sera présenté au Krakow Film Market, dans le cadre du Festival du Film de Cracovie (Pologne)".

Photos
mardi 21/05/2013
Tournages
Photos
Liberté métisse